DIE SCHWARZE FLUT
LE FLOT NOIR


Bouillonnant aspirant il se rapproche
Gargouillant murmurant il te salue
De l'ombre l'obscurité t'entoure

Les chaînes prises dans le noir tourbillon liquide
Clapotant et aspirant il s'enlace à ta peau
Sans que la victime ne s'y attende
La masse se réjouit dans ton corps
Le flot noir

Le flot noir
Avant que l'air ne quitte tes poumons avec bruit
Le liquide froid a envahi les poumons
Le gémissement étouffe même atrocement la peur
Qui voile l'horreur d'un masque
Maintenant le corps commence à gonfler
Et à se détacher du reste en pâles lambeaux luisants

Se décomposant, dérivant dans sa propre décoction
Le monstre poursuit son chemin, droit au but

Malheur à celui qui s'en approche
Malheur à celui qui s'en approche

Avidité sans bornes dans un corps sans forme
Avidité sans bornes dans un corps sans forme

Bouillonnant aspirant il se rapproche
Gargouillant murmurant il te salue
De l'ombre l'obscurité t'entoure

Les chaînes prises dans le noir tourbillon liquide
Clapotant et aspirant il s'enlace à ta peau
Sans que la victime ne s'y attende
La masse se réjouit dans ton corps
Le flot noir.

© Oswald Henke

Traduction : Myriam Marc

RETOUR