1.AKT
9.SZENE - MACHTKÜSSE - VORSPIEL
ACTE 1
SCENE 9 - BAISERS DE POUVOIR - PROLOGUE


Après une courte pause, le rideau s'ouvre. Au fond et au milieu de la scène est placée la cachette sur roulettes des révoltés. Le Rebelle et la première femme muette sont allongés, enlacés étroitement et dorment. La violoniste est assise sur le bord de la scène et commence à jouer le prologue du morceau "Machtküsse". A partir du changement entre la partie jouée Pizzicato et Legato de l'intro à "Machtküsse", la femme est menée par la deuxième femme muette sur la scène. La cachette des révoltés est un lit immense recouvert d'un papier sur lequel se trouvent de nombreux éclats de miroir. La deuxième femme muette réveille le Rebelle.

Le Rebelle : Oh, mon Dieu, encore une femme !

Le Rebelle s'enfonce sous son oreiller, la deuxième femme muette se réveille et enlace le Rebelle par derrière.

La Femme : Quel accueil aimable.
Le Rebelle (ébahi et en même temps intéressé) : Une femme qui parle ?
La Femme : Cette jeune fille pas vraiment causante (elle désigne la deuxième femme muette) m'a emmenée ici. Il est vrai que je ne savais pas précisément ce qui m'attendait et je crois que c'était une grande erreur.

La femme se retourne pour partir. Le Rebelle s'élance et lui barre la route, lui sourit et fait un signe négatif de la tête.

La Femme : Une petite erreur ?

Le Rebelle secoue à nouveau la tête.

La Femme : Pas une erreur du tout ?

Le Rebelle la prend par les mains et lui propose une place dans la cachette. La première femme muette observe cela avec un air soupçonneux. La deuxième femme muette s'assoit également sur le lit-cachette.

Le Rebelle : Elle est muette (il désigne la deuxième femme muette) - et elle (il désigne la première femme muette) - ne sait pas parler non plus.

Entre-temps, les deux femmes muettes quittent la cachette et s'assoient par terre devant la cachette. Elles interprètent par des pantomimes les paroles du Rebelle.

Le Rebelle : Leurs parents furent transformés en êtres de câbles alors qu'ils refusaient de laisser leurs filles presque adultes à la liberté et à leur propre vie. Je n'ai pas besoin de t'expliquer ce qui se passe quand la machine découvre, à l'aide de son oeil sondeur, la Lumière Blanche, que plus de deux adultes se trouvent au même endroit.

La Femme : (inquiète) Et pourquoi ne vous a-t-on pas encore punis jusqu'à maintenant ? Vous êtes aussi plus de deux personnes au même endroit.

Le Rebelle : Trois, quatre, parfois plus...

(La première femme muette tente de le retenir, mais le Rebelle se dégage doucement et fait sortir la femme de la cachette)

Le Rebelle : ... Parfois moins.
La Femme : Mais seulement un homme.
Le Rebelle : Et alors, être à trois ou à quatre a aussi ses avantages...

La deuxième femme muette ramène la première femme muette à la cachette, elles restent assises là et observent la scène suivante. La musique de "Machtküsse" commence. Le Rebelle et la femme jouent avec les deux femmes muettes le contenu du morceau "Machtküsse", le théâtre et la danse forment une symbiose.

MACHTKÜSSE

© Oswald Henke

Traduction : Myriam Marc

RETOUR