GANZ SANFT
TOUT DOUX


Si loin
Aveugle, seulement
On remarque
Son propre courage
Saute dans le vide
et l'emplit de braises

Pas d'effondrement
Rien qu'un saut dans le vide
Entouré de bonheur
Un congé du présent
Et un regard empli de plaisir

Le passé repose
La nouveauté est encore loin
La vérité est amour
Mais la jalousie en est le centre

C'est la peau qui dévoile
Assourdissant le bruit
Des corps qui tombent
Du temps s'abîmant profondément

Tout doux
Tout près si loin
Si doux
Tout près si loin
Tout doux
Si calme...

Ainsi ceux qui s'élevèrent furent abaissés
L'unique et le néant
L'histoire divergente de la chute divine

Tout doux
Tout près si loin
Si doux
Tout près si loin
Tout doux
Si calme...

La Trinité fut déchue
Les enfants nés de l'amour sont-ils des anges ?
Chair stigmatisée
Déchue du fruit

Qui aime l'unité
L'expiation en tant que vertu
La Trinité est un ange
Un homme et ton Dieu

Tout doux
Tout près si loin
Si doux
Tout près si loin
Tout doux
Si calme...

© Oswald Henke

Traduction : Myriam Marc

RETOUR