PASCAL LACHT
PASCAL RIT


Ton doux sourire captive tous les coeurs
Fasciné pendant plus d'une décennie par le sang et la chair
Qui riait, criait et vivait
Les cheveux noirs contrastant avec ta peau blême
Parchemin brillant qui entourait délicatement ton petit corps
Tu étais joyeux
Tu criais et tempêtais, sautais, tombais
Et...
Ton silence était inconcevable
Ton rire était muet
Tant que je le suppliais
Tu n'accouchais d'aucun mot
Tu étais étendu simplement là et dormais
Le temps continuait à courir
Et j'entendais tes pleurs dans la nuit
Ton cri, ton cri, tes cris
Nuit après nuit, tes cris retentissaient
Le vide noir reflétait à nouveau toutes les larmes
Que je versais
Ma douleur commença à me ronger
Nuit après nuit, tes cris retentissaient
Nuit après nuit
Un nouveau jour commençait à poindre

© Oswald Henke

Traduction : Cécile Delhautal

RETOUR